• Lorsque la douleur résonne

    Le regard d'une mère est triste lorsqu'elle sait qu'elle ne se verra plus dans les yeux de son enfant.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mon ciel nuageux soupire,

    Au plus profond du pire,

    Par la pensée lointaine,

    Qui caresse ma peine.

     

    A ces maux obsédants,

    Suinte le chagrin évident,

    Pétrifiant mes jours,

    D’amour sans retour.

     

    Mon esprit désemparé,

    Pâlit d’effroi bien ancré,

    Camouflant sa douleur,

    Dans le miroir des heures.

     

    Suspendue au silence,

    Esquissant la turbulence,

    Ma plume labile s’égare,

    Sur le chemin du hasard.

     

    Au cœur de ma souffrance,

    Les larmes d’espérance,

    Conjurent ma tristesse,

    Eventrée de promesses.

     

    Le souvenir déplié gémit,

    Saignant les plaies blêmies,

    De mes nuits brumassées,

    Sur les traces du passé.

     

    Il me faut oublier ces orages,

    Tonnant le fiel sur ma page,

    En laissant derrière moi,

    Mes craintes emplies d’émoi.

     

    Sous une lune éphémère,

    Les songes d’une mère,

    Emportés au gré d’un aveu,

    S’accrochent à la lueur d’un vœu.

     

                    Corinne

     

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 31 Août 2014 à 10:24

    Bonjour Corinne... un jour vient où la mort vous emporte loin des yeux mais pas loin de coeur de vos proches, vos enfants, il est dur aussi pour une mère de voir mourir son enfant et perdre son regard à jamais.... merci à toi, beau et triste poème à la fois, bises de JB

    2
    claude
    Dimanche 31 Août 2014 à 11:34

    Bonjour Corinne.

    C'est un très beau poème, mais il est bien triste.

    Merci pour ton passage et pour ton gentil com.

    Je te souhaite un très agréable dimanche.

    Bises.

    Claude

    3
    Dimanche 31 Août 2014 à 11:39

    Bonjour Corinne

    ton poème est très beau mais que de tristesse je ressens dans tes écris ....j'espère que ce n'est pas toi dans cette poésie ....mais tu sais dans le coeur d'une mère sont enfant sera toujours là près d'elle....je te souhaite un dimanche serein  Corinne

    doux bisous d'amitié

    Marlène

    4
    Dimanche 31 Août 2014 à 18:24

    S'il fallait décrire toutes les douleurs que le coeur ressent, quand s'en va le regard de l'enfant...je sais que l'on pleurerai souvent et longtemps...la vie est très dure...pour ne pas dire impitoyable...et quand cela arrive dans une vie on se dit sans arrêt : POURQUOI MOI.... les écrits les plus beaux sont hélas toujours les plus tristes, car ils disent toujours ce que le coeur de l'âme ressent le mieux et le pire....bonne soirée chère Corinne...je déroge à passer dans ma pause ...pour te dire que c'est un chagrin qui ne s'éfface ni jour ni nuit...je t'embrasse affectueusement
    VL/ Claude

    5
    Dimanche 31 Août 2014 à 20:37

    Ta douleur est palpable ma douce

    on ne peut effacer des souvenirs douloureux

    l'écriture peut atténuer un peu ces maux

    J'espère que tout va pour le mieux pour toi
    Je te souhaite une très belle soirée
    Gros bisous du dimanche

     

    6
    Dimanche 31 Août 2014 à 22:50

    Bouleversant poème

    Douces pensées Corinne

    gros bisous

    7
    Lundi 1er Septembre 2014 à 00:16

    perdre un enfant le plus grand des malheurs qui puisse arriver à des parents

    je ne reçois plus tes news

    8
    claude
    Lundi 1er Septembre 2014 à 10:37

    Bonjour Corinne.

    Très joli les photos et docs sur la forêt de Brocéliande, beaucoup de mystère dans cette légende...

    Bonne journée, bises.

    Claude

    9
    Roger
    Lundi 1er Septembre 2014 à 16:02

    Le regard est éphémère quand le cœur lui demeure.


    Un écrit profond peut faire oublier les sanglots de lune.

    10
    Corpsrimes
    Lundi 1er Septembre 2014 à 18:00

    A ma belle orchidée,


     


    Une rose au silence de son coeur, de son âme, dépose sa rose bleue infinie d'Amour qui panse blessures de la vie, en son céleste message. De rosées d'Amour sont les larmes d'une mère pour son enfant, rouge est la plaie qui suinte en son coeur,  rouge d'Amour Corinne, car le coeur d'une maman qui aime n'oublie jamais le regard de son enfant, même si cet amour ne se voit plus dans son regard, car dans ses yeux, à jamais cet amour là demeure éternel, si douloureux soit ce souvenir... nous restons mère à jamais...


    Magnifique et vibrant poème qui a touché mon coeur et mon âme de maman et d'une rose...


    Ton amie qui ne t'oublie point mon orchidée.


     


     


    11
    Mardi 2 Septembre 2014 à 01:45

    Un si beau mais si triste poème... J'espère qu'il ne signifie pas ce que je crains... Je n'avais pas l'adresse de ton blog, j'avais essayé l'ancienne adresse mais je n'arrivais sur aucune page.

    2014 a été une année très difficile, je ne t'ai pas oubliée, je me demandais ce qui t'arrivait au creux du silence et sache que je t'envoie un florilège de tendres pensées. Tes mots m'ont profondément émue. Pardonne-moi si je ne suis pas au courant de quelque chose qui t'a affectée. Ma présence sur la blogosphère a été très chaotique en raison de mon état de santé.

    Ton talent et ta sensibilité sont immenses. Je t'embrasse bien fort.

    Cendrine

    12
    Mardi 2 Septembre 2014 à 05:51

    On a toujours peur de perdre ceux qu'on aime.

    On a toujours peur de les laisser sans nous...

    Joliment écrit ton poème.. Tout en sensibilité 

    Douce journée Corinne

    Bisous

    timilo

    13
    Mardi 2 Septembre 2014 à 17:49

    Coucou Corinne

    Encore merci pour notre conversation de ce matin... Sache que je suis là !!!yes

    A travers tes mots, je comprends ce que tu ressens face à ce que tu as vécu. Je ne sais pas si tu écouteras ce que je t'ai confié ce matin...mais dans la vie il y a des étapes, et il est grand temps de penser à toi rien qu'à toi...on a qu'une vie et tu as fait l'essentiel.

    Je t'embrasse bien fort et j'emporte ton lien avec moi...douce soirée

     

    14
    Mardi 2 Septembre 2014 à 20:29

    juste un coucou pour te souhaiter une excellente soirée

    Bisous du mardi ma douce

    15
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 16:38
    Cathybelg

    Bonjour Chère Corinne,

    Tes mots laissent transparaître une profonde et évidente douleur. Mon cœur de maman ne peut y rester insensible tant la chair de notre chair vibre en continu pour le ou les enfants que nous avons eus. Si l'absence se veut être due à des différends, elle est déjà particulièrement pénible. S'il y a d'autres raisons à cela, c'est alors une injustice qui jamais ne s'efface...

    Quoi qu'il en soit, Chère Corinne, je t'assure de tout mon soutien car il semble évident que ce poème n'est pas pure "fiction". Tu sembles avoir traversé de bien douloureux moments avant de revenir sur la toile.

    Puisses-tu, je le souhaite ardemment, panser tes blessures, même s'il est des douleurs qu'il est difficile de calmer.

    Je t'embrasse bien amicalement.

    Cathy.

     

    16
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 22:00

    Bonsoir Corinne ravie de te lire à nouveau...

    Même si je rencontres de grandes difficultés de communication avec mon fils ado actuellement, je n'ose pas imaginer son absence...On ne se remet jamais de la perte de son enfant...jamais...

    Bonne soirée...Bises

    17
    Corpsrimes
    Vendredi 5 Septembre 2014 à 18:01

    Mon Âme Mie,


    Toute mon amitié, tendresse, affection déposée en ma rose, pour une amie chère à mon coeur que je n'oublie pas.


    Très gros bisous Corinne. Une petite lorraine à une fée de Bretagne. Très bon week-end mon orchidée.


    18
    Samedi 6 Septembre 2014 à 23:02

    Corinne, je passais de temps en temps pour voir si ton blog redevenait actif et aujourd'hui les mots que je lis me font mal. L'amour jamais ne s'efface. Il est présence. Il ignore toutes les barrières...


    Je t'envoie toute mon amitié.


    Carmen (Erin)

    19
    Lundi 8 Septembre 2014 à 12:30

    Bonjour chère Corinne, comme je comprends ta peine et ta souffrance, en tant que maman et mamie !

    Peut-être un jour, un avenir meilleur se profilera-t-il pour toi, je le souhaite en tout cas.

    Pensées bien amicales et bises.

     

    20
    Mercredi 17 Septembre 2014 à 09:31

    Bonjour Corinne,

    Je viens ce matin te rendre visite pour lire tes beaux poèmes que je n'ai pas lu cet été.

    En lisant ce poème, je me rends compte que ta longue absence était due à une grande souffrance.

    Je pense que personne ne peut se mettre à la place d'une mère qui souffre d'avoir perdu son enfant.

    Je ne peux que t'envoyer mes plus tendres pensées d'amitié

    Je t'embrasse

    Blanche

    21
    Jay
    Vendredi 6 Janvier à 17:45

    terms of service

    Your thoughts and emotions are clearly transmitted to us through these deep lines. Your state is very relevant to this reality.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :