• Une belle plage d'Erdeven

    Etre dans l'instant

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Etre dans l'instant

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au cœur de la mouvance marine

    Dans un flux de vagues câlines

    La lumière du soleil s’assoupit

    Sur l’horizon aux rêves infinis

     

    Mon esprit quiet aime se retirer

    Dans les profondeurs éclairées

    Sous le regard de la lune languide

    Troublée par l’inconnu placide

     

    Mes cheveux imprégnés de sel

    Embrasés de lueurs universelles

    S’abandonnent au vent invisible

    Dans l’intimité imprévisible

     

    Comme une caresse sauvage

    Exhalant l’odeur des rivages

    Le présent si beau s’enchaîne

    Au passé où tout se déchaîne

     

                 Corinne


    17 commentaires
  • La plage d'Erdeven et ses falaises

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Envolée de mouettes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La mer aux courbes profondes

    Dans sa solitude vagabonde

    parfume l'horizon lointain

    De ses gouttes d'embruns salins

     

    Les mouettes bercées par les flots

    Plongeant entre les rouleaux

    Emportent les petits poissons

    Frétillant en toute saison

     

    Les joyeux pêcheurs fredonnent

    D'anciennes chansons bretonnes

    En récoltant sous les rochers

    Un nid de bigorneaux cachés

     

    Mes larmes de joie coulent

    Et lentement se défoulent

    En cascade sur mon visage

    Pour s'échouer sur le rivage.

     

               Corinne

     

     

     


    32 commentaires
  • Pris en flagrant délit...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Délices de ton doux baiser

    Au feu ardent cristallisé

    Sur ta bouche emperlée

    De silences constellés

     

    Boire à ton suprême calice

    Où nos absolus complices

    Dans un souffle ardent

    goûtaient ce même instant

     

    Revient le suave souvenir

    D'une passion sans avenir

    Remplie d'ivresse infinie

    Déployant toute l'harmonie

     

    Mon cœur choyé de dentelle

    Disperse chaque étincelle

    Recouvrant de prémices

    L'aube rouge salvatrice.

     

               Corinne

     


    32 commentaires
  • Remous nocturnes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Remous nocturnes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une légère brise nocturne
    Dans le ciel taciturne
    Comble le vide d’amour
    Tant attendu chaque jour.

    Une étoile riche d’éternité
    Se baigne dans l’immensité
    Rallumant les souvenirs
    Que le temps ne peut ternir.

    Une âme pleine de soupirs
    Sous des drapées de désir
    Languit de tristesse perlée
    Sous la lune toute voilée.

    Une kyrielle d’aveux tissés
    Sur le fil de la pensée
    Eclôt du bout du monde
    Au cœur d’une terre féconde.

    Au fond de la conscience
    Des larmes de silence
    Dessinent en chemin
    Les yeux du lendemain.

          Corinne

     


    49 commentaires
  • Pour Evy défi n°64

    Thème - La moisson -

                                                                                                                           

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dès les premiers rayons du soleil joyeux en mouvement,
    Les gamins enchantés à travers champs s’entassaient,
    Derrière la faucheuse gaillarde tirée par une belle jument,
    Pendant que les femmes serpettes en main conversaient.

    Les vaillants fermiers fumaient leur pipe en silence à foison,
    Portant sur l’épaule des rouleaux de paille d’une saison superbe,
    Regardaient onduler l’océan des blés dorés jusqu’à l’horizon,
    Tandis que l’engin s’élançait en couchant l’épeautre en gerbe.

    Chaque fagot retenu dans son lien d’un coup de liadou,
    Ressemblait à un chapeau fantaisiste d’une beauté immobile,
    Au cœur des espaces diffusant ses effluves d’antan si doux,
    Où les souvenirs imbibés d’amour demeurent indélébiles.

    Les bouquets de tendresse posés au sol par la gente féminine,
    Guettaient au loin la charrette sous un ciel vibrant de chaleur,
    Avant de s’endormir dans les greniers que rien n’illumine,
    Excepté la blondeur des épis irradiant l’obscurité de bonheur.

    Le battage au fléau des bottes pour sortir le grain mûr des balles,
    Se vivait au présent manuellement par les hommes pieds nus,
    Dans une cadence à quatre temps scandée par les voix magistrales,
    Des moissonneurs s’accordant une pause salutaire au menu.

     

                                        Corinne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les champs de blé d’or m’enveloppent de douceur
    En s’étirant langoureusement à l’infini de mon cœur,
    Sous les rayons de l’astre m’embrasant d’une ferveur,
    Offrant ses effluves délicieux à mon esprit rêveur.

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    La quintessence de la nature berce mon coeur d'un flot de tendresse,
    Au respir de la sérénité retrouvée après un instant de tristesse.


    55 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires